avr
29

RALLYE DE TUNISIE ’2009 : ÉTAPE 7

ERIC VIGOUROUX ET JORDI VILADOMS…

LES BONNES SURPRISES DU JOUR !

tunisiestep7109

tunisiestep7209

Après la neutralisation hier, le 27ème Rallye OiLibya de Tunisie est reparti sur les chapeaux de roue pour une étape de 410km entre Brack et Quaryat. Cette nouvelle étape, très technique et physique pour les motards a vu la victoire du Catalan Jordi Viladoms devant le Chilien « Chaleco » Lopez et le leader de la course, Marc Coma, tous sur KTM.

Olivier Pain impose sa Yamaha en 450cc devant Luca Manca et Bruno Da Costa. En auto, Eric Vigouroux réalise le meilleur chrono sur son Trophy Truck devant les BMW de Orlando Terranova et Leonid Novitskiy. Une étape impitoyable sur sa première partie avec des passages dignes des plus grandes épreuves de trial. Les navigateurs furent également à la fête pour déjouer les pièges de ce 7ème secteur sélectif.

tunisiestep7509

tunisiestep7409

La caravane du rallye a rejoint aujourd’hui le bivouac de Quaryat après une étape éprouvante sur un tracé tantôt cassant sur les cailloux, tantôt rapide sur la seconde partie. Gestion de course oblige, les pilotes de tête ont joué la prudence en évitant tant que possible les crevaisons. Avec une régularité de métronome, Jordi Viladoms remporte l’étape en moto devant « Chaleco » Lopez et Marc Coma. Cyril Despres ouvrait ce matin la piste et la navigation, peu évidente, ne lui a pas facilité les choses. Le Français perd encore du temps sur Coma, toujours leader au général. David Casteu n’a pas chômé non plus, mais s’est offert une belle partie de jardinage en compagnie du Norvégien Pal Anders Ullevalseter.

En 450 cc, Olivier Pain a connu une journée parfaite. Ravi de sa performance, il reprend un peu de temps sur Luca Manca en tête de la catégorie. Coup de chapeau également à Bruno Da Costa qui se classe troisième sur un terrain qu’il découvre. Quant à Christian Califano, bien remis de sa chute survenue voilà 4 jours et toujours là, heureux de « manger » des kilomètres, le rallye est une véritable leçon… le rugbyman apprécie !

L’autre bonne surprise aujourd’hui est la victoire sur quatre roues du Trophy Truck d’Eric Vigouroux. Depuis le début du rallye, le Français a enchaîné les problèmes mécaniques, contrairement à l’année dernière où il n’avait eu qu’à resserrer les boulons… Sur ce terrain très accidenté, le Chevrolet a avalé les difficultés et s’impose devant les deux BMW X3 de Orlando Terranova et Leonid Novitskiy. Pas de crevaison pour le Français contrairement à l’Argentin et au Russe. Jean Louis Schlesser sur son nouveau Buggy en phase de développement, ne fut pas épargné non plus, mais signe le 4ème temps devant Nicolas Misslin (deux crevaisons au compteur).

Au général, Terranova tient toujours la tête du classement devant Christian Lavieille et Leonid Novitskiy. Guerlain Chicherit, sur la troisième BMW, turbo explosé a perdu beaucoup de temps, tandis que Pascal Thomasse se maintient dans le Top 5. Dans la catégorie T2, c’est aujourd’hui l’équipage Italien Michele De Nora- Maurizio Dominella qui signe le meilleur temps et se classe 9ème de la spéciale devant les leaders au général Artem Varentsov-Roman Elagin.

Demain, le rallye quittera la Libye pour replonger au coeur de la Tunisie. Si le bivouac sera implanté en Tunisie, la spéciale aura lieu sur le sol Libyen. Un tracé de 365 km, « Jeu de pistes en montagne », tout un programme…

Ils ont dit… MOTO

Jordi VILADOMS – KTM
« Je suis très heureux d’avoir fait le meilleur chrono car cette étape était vraiment très difficile. La première partie était redoutable avec beaucoup de cailloux. Il fallait rester concentré au maximum. Ensuite sur la deuxième partie, j’ai vu que Marc et Cyril se sont perdus et j’ai augmenté le rythme sur la partie rapide. Pour le classement final, je reste prudent mais je vise bien sûr le podium. »

« Chaleco » LOPEZ – KTM
« Quelle étape ! Très technique sur laquelle la moindre erreur pouvait coûter cher. J’ai endommagé mon pneu et ma jante au point que ce fut assez « chaud » pour terminer. La navigation n’était pas évidente non plus, mais je signe le deuxième temps…et j’en suis très heureux en regardant l’état de ma roue avant. L’Afrique est vraiment différente de l’Amérique du
Sud ! »

Marc COMA – KTM
« L’étape était très longue aujourd’hui, la première partie fut très technique et physique. Beaucoup de cailloux et de passages très trialisant. Après le ravitaillement, la piste est devenue plus rapide et le rythme plus élevé. J’ai commis une erreur de navigation sur les changements de direction et j’ai vu la poussière de Cyril. Ce rallye est très exigeant et on ne doit faire aucune erreur. Il reste encore quatre étapes et je sais par expérience qu’aucun rallye n’est terminé avant la ligne d’arrivée finale. »

Cyril DESPRES – KTM
« Le rythme était élevé sur les 90 derniers kilomètres, mais tout le reste de la spéciale n’était vraiment pas évident. Les 150 premiers, génial, beaucoup de tout…des cailloux, des changements de direction dans les canyons, une très belle première partie de spéciale ! Avec Marc, nous avons perdu un peu de temps en cherchant le bon cap, puis Jordi et Chaleco sont venus nous rejoindre. Mon pneu arrière est complètement HS après 390 km, j’ai attaqué tout le long mais la moindre petite erreur coûte beaucoup de temps. Les automatismes reviennent un peu mais la science de la navigation n’est pas exacte, pour personne, en tous cas pas pour moi. Pour le général, alors que Marc a un peu d’avance, il me colle aux basques et il n’est pas facile de lui reprendre du temps… »

David CASTEU – KTM
« Sur le passage trialisant, c’était debout sur la moto…Il y avait des cailloux partout et il était préférable de garder les yeux grand ouverts. Belle séance de moto ! A la fin avec « Paulo » (Pal Ander Ullevalseter), nous sommes partis au cap, puis nous avons coupé en faisant beaucoup de hors piste. Nous avons roulé ensemble jusqu’à la fin et nous nous sommes régalés ! »

Olivier PAIN – YAMAHA – 1er 450cc
« J’ai bien roulé aujourd’hui, une journée avec. Malgré tout, ce sera très dur de rattraper mon retard sur Luca au général. Je fais une bonne opération en espérant qu’il en soit ainsi tous les jours jusqu’à la fin. Jusqu’au ravitaillement, ce fut terriblement physique et risqué car en chutant sur ces cailloux on pouvait se faire très mal et casser la moto. La fin était heureusement plus roulante avec un pilotage très sympa et en plus, pas d’erreur de navigation. »

(Texte & Photos : NPO)

A voir aussi :

Le commentaires sont fermés.