juil
20

ENDURO MONDIAL – WEC AU MEXIQUE : RÉSUMÉ DES COURSES

wecbannerup09

TRIPLÉ FRANÇAIS SOUS LE SOLEIL DU MEXIQUE

Considéré comme l’événement de sports mécaniques le plus important de l’année en Amérique Latine, le GRAND PRIX MAXXIS DU MEXIQUE a démarré ce samedi dans les montagnes entourant Valle de Bravo, à deux heures de route au Sud-Ouest de la capitale Mexico. Alors que les stars du MAXXIS FIM WEC s’attendaient à un Mexique de cinéma, poussiéreux et aride, ils ont découvert une région tempérée aux paysages verdoyants, où les journées sont ponctuées par les inévitables averses de l’après-midi. Afin de ménager les nombreux pilotes sud-américains, le tracé de l’épreuve s’est révélé relativement facile pour les pensionnaires réguliers du championnat.

Cette première manche mexicaine, comptant également pour le sixième rendez-vous de la saison, a débuté sur les rives du lac de Valle de Bravo à l’occasion du KTM Super Test. Les habitants de cette coquette ville de 57 000 âmes ont assisté pour la première fois au spectacle du World Enduro Championship. Le vainqueur de ce prologue du vendredi soir est Samuli ARO (SF-KTM), deux centièmes plus rapide que son compatriote Juha SALMINEN (SF-BMW). Rodrig THAIN (FRA-TM) prend la troisième place du KTM Super Test.

Au départ du samedi, pilotes et mécaniciens doivent composer avec certaines contraintes mécaniques propres à l’épreuve mexicaine. Avec une qualité d’essence différente de l’Europe, et surtout une altitude oscillant entre 1800 et 2200 mètres, les performances des motos ont été nettement entamées. En ENDURO 1, Mika AHOLA (SF-HM) prend dix secondes de pénalité dès le matin en ne parvenant pas à démarrer sa moto. Énervé, il commet des erreurs dans les premières spéciales et avec ce handicap il doit se contenter de la deuxième place finale. Un véritable cadeau offert à Antoine MEO (FRA-HVA). Après avoir franchement animé les deux derniers Grand Prix, le Français remporte sa première victoire sur le WEC.

Antoine MEO : « Enfin… Depuis le temps que je cours après cette victoire ça fait du bien. J’ai su profiter des erreurs de Mika ce matin. Ce n’était pas facile car je suis malade depuis trois jours. Hier j’ai passé la journée allongé à l’hôtel. Je suis content pour Husqvarna, c’est la première victoire pour ma moto. C’est un aboutissement, surtout de gagner devant Mika, qui est le pilote le plus fort du moment. »

La troisième place de l’Enduro 1 revient à Julien GAUTHIER (FRA-HM). Malgré dix secondes de pénalité prises au départ, le Français a tenu la dragée haute à Mika Ahola tout au long de la journée. Sa montée en puissance sur la scène internationale est récompensée par un premier podium en Grand Prix.

Le mois de repos depuis le Grand Prix de Slovaquie a été bénéfique au team BMW. En ENDURO 2, Juha SALMINEN (SF-BMW) étrenne un nouveau châssis et de nouveaux réglages de suspensions sur sa 450 cc. En tête le matin, il cède finalement aux attaques de Johnny AUBERT (FRA-KTM) et prend une belle deuxième place, à 33 secondes du Français. Si Aubert en remportant un nouveau succès reste invaincu, il s’impose moins confortablement que d’habitude. Le niveau se resserre donc en tête de la catégorie, et Rodrig THAIN (FRA-TM) monte enfin sur le podium de l’E2, en prenant la troisième place. Le premier pilote Mexicain de cette épreuve est sans surprise Homero DIAZ (MEX-KTM), septième de la catégorie.

En ENDURO 3, dans les prairies vierges de l’interminable Cross Test le matin, les Français comme à la maison ont fait une moisson de secondes. Ils ont également su résister au retour de leurs adversaires dans des spéciales séchantes et se creusant légèrement. Alors qu’il se remet lentement de son KO au Grand Prix de Finlande, Sébastien GUILLAUME (FRA-HVA) a pris la course à son avantage dans le premier des quatre tours. Malgré l’adversité métronomique de son rival Christophe NAMBOTIN (FRA-GAS), puis d’un Ivan CERVANTES (ESP-KTM) plus réveillé en seconde partie de journée, Guillaume reste le pilote le plus rapide toutes catégories confondues et remporte une deuxième victoire cette saison.

Sébastien GUILLAUME : « Je savais que de gros écarts pouvaient se creuser dans la Cross Test, et je me suis d’entrée senti en position de force dans cette spéciale. À partir du premier passage, où je gagne 10 à 12 secondes, j’ai vraiment vécu une journée idéale. Au début du troisième tour, j’ai senti la fatigue arriver. C’était une journée difficile par sa longueur. Il n’a rien fallu lâcher et en même temps assurer pour ne pas chuter. En plus la chaleur était omniprésente. J’attendais les orages avec impatience, mais on ne les a pas eus. J’espère que l’on aura de la pluie demain pour nous rafraîchir. »

Ivan Cervantes, comme l’ensemble des pilotes, a eu du mal à appréhender le terrain mexicain à l’apparence lisse mais en réalité jonché de petites bosses déstabilisantes au freinage et en virage. Sa furia lui a tout de même permis de voler la deuxième place à Christophe Nambotin en fin de journée. Chez les Juniors, Oriol MENA (ESP-HSB) remplit son contrat en allant chercher un nouveau succès. Un résultat dans le Top 5 lors de la deuxième manche du GRAND PRIX MAXXIS DU MEXIQUE dimanche lui permettrait de devenir champion du monde avant l’heure.

ORIOL MENA SACRÉ CHAMPION DU MONDE JUNIOR AU MEXIQUE

Avec presque 90 pilotes engagés et 17 nations représentées, le GRAND PRIX MAXXIS DU MEXIQUE est incontestablement l’un des plus grands succès de l’histoire du MAXXIS FIM WEC. Avant même de se pencher sur les ISDE 2010 à Morelia, la Federacion Mexicana de Motociclismo a démontré son talent pour l’organisation, et l’engouement suscité auprès du public mexicain n’en a été qu’une confirmation. Ce dimanche comme la veille les spectateurs ont été très nombreux à venir à la rencontre des meilleurs pilotes d’enduro au monde. Des pilotes au visage marqué par la fatigue du « marathon » disputé la veille. Le programme étant à peine allégé pour cette deuxième manche, ils ont dû puiser dans leurs dernières réserves pour atteindre l’arrivée de cette épreuve mexicaine, qui contrairement à ce que certains pourraient penser n’avait rien de vacances.

Il suffisait à Oriol MENA (ESP-HSB) d’assurer une place honorable pour remporter le titre mondial chez les Juniors, bénéficiant du règlement particulier de la catégorie des moins de 23 ans. En terminant premier, il scelle son destin et coiffe à deux Grand Prix de la fin sa première couronne mondiale, offrant du même coup un troisième succès à Husaberg après les titres de Joakim Ljunggren en 2006 et 2007.

Oriol MENA : « En vérité je suis d’abord fatigué, mais je me sens très heureux de remporter ce titre, je le dois à tous les gens qui m’aident, à mon équipe, mes sponsors. Je suis comme dans un rêve, je me demande même si c’est bien moi le vainqueur. J’ai vraiment travaillé pour ce titre, surtout après mon accident et ma blessure au visage. Je vais autant m’entraîner pour réussir mon entrée dans la catégorie reine l’année prochaine. »

Dans la bagarre pour la victoire qui l’a opposé toute la journée à Mena, Jérémy JOLY (FRA-HM) est parti à la faute dans la Cross Test du troisième tour. D’après un premier diagnostic, il souffrirait d’une fracture de la clavicule. Comme le samedi, l’altitude est l’ennemi numéro un de motos et de compétiteurs à bout de souffle. En ENDURO 1, Mika AHOLA (SF-HM) fait une fois de plus les frais des caprices de sa machine au démarrage et entame la journée avec 10 secondes de pénalité. En perdant du temps dans les pierriers de l’Extreme Test, il réduit ses chances de victoire et doit se contenter de la deuxième place de la catégorie pour seulement 15 petits centièmes. De son côté, Antoine MEO (FRA-HVA) sous la pression de son rival ponctue un week-end parfait par une deuxième victoire consécutive. Simone ALBERGONI (ITA-KTM) gravit la troisième marche du podium.

Chez les ENDURO 2, Johnny AUBERT (FRA-KTM) a tenu à prendre un avantage plus franc que la veille dès les premières spéciales du matin. Il a réussi à se défaire de la pression de Juha SALMINEN (SF-BMW) pour rouler seul en tête, tel qu’il a l’habitude de le faire depuis le début de saison. L’homme en forme du WEC était un homme épuisé à l’arrivée de cette sixième épreuve qui marque son douzième succès consécutif cette saison. Victime d’une entorse au pouce, Bartosz OBLUCKI (POL-HVA) n’a pas été en mesure de défendre la place qu’il souhaitait dans la catégorie. Cette blessure du Polonais profite à Salminen mais aussi à Cristobal GUERRERO (ESP-YAM), troisième du jour.

Chez les ENDURO 3, Christophe NAMBOTIN (FRA-GAS), pourtant leader pendant les trois quarts de la course n’a rien pu faire face à la remontée de l’incroyable Ivan CERVANTES (ESP-KTM) en fin de parcours. Ce sont notamment les ressources physiques de l’Espagnol qui ont fait la différence, et lui permettent de s’imposer avec 18 secondes d’avance sur Nambotin.

Ivan CERVANTES : « C’étaient vraiment deux journées difficiles pour moi et Nambotin depuis la Slovaquie me met beaucoup de pression. Hier je termine devant lui, et aujourd’hui je ne pensais pas pouvoir revenir car j’ai commis une série d’erreurs dans l’Extreme Test. Après une heure et demie de spéciales cumulées nous sommes revenus à égalité. J’ai gagné, et ça me rend confiant pour le championnat et la prochaine épreuve en Grèce, car c’est là-bas que j’ai remporté mon premier titre mondial. »

Au terme d’une belle bagarre avec Samuli ARO (SF-KTM), le vainqueur de la veille Sébastien GUILLAUME (FRA-HVA) prend finalement la troisième place pour à peine plus d’une seconde. Notez qu’après Christophe Nambotin samedi, Antoine Méo remporte le BMW MOTORRAD XTREME TEST AWARD ce dimanche.

E3 Results Round Eleven
1. Sebastian Guillaume, France, Husqvarna
2. Ivan Cervantes, Spain, KTM
3. Christophe Nambotin, France, Gas-Gas
4. Samuli Aro, Finland, KTM
5. Fabio Mossini, Italy, Honda

E3 Results Round Twelve
1. Ivan Cervantes, Spain, KTM
2. Christophe Nambotin, France, Gas-Gas
3. Sebastian Guillaume, France, Husqvarna
4. Samuli Aro, Finland, KTM
5. Fabio Mossini, Italy, Honda

Standings after Round Twelve
1. Ivan Cervantes, Spain, KTM 274
2. Christophe Nambotin, France, Gas-Gas, 252
3. Sebastian Guillaume, France Husqvarna, 241
4. Samuli Aro, Finland, KTM, 238
5. Marcus Kehr, Germany, KTM, 163

E2 Results Race Round Eleven
1. Johnny Aubert, France, KTM
2. Juha Salminen, Finland, BMW
3. Rodrig Thain, France, TM
4. Bartosz Obluki, Portugal, Husqvarna
5. Alessandro Belometti, Italy, KTM

E2 Results Race Round Twelve
1. Johnny Aubert, France, KTM
2. Juha Salminen, Finland, BMW
3. Cristobal Guirrero, Spain, Yamaha,
4. Rodrig Thain, France, TM
5. Joakim Ljunggren, Sweden, Husaberg

E2 Standings after Round Twelve
1. Johnny Aubert, France, KTM, 300
2. Juha Salminen, Finland, BMW, 225
3. Bartosz Obluki, Poland, Husqvarna, 219,
4. Joakim Ljunggren, Sweden, Husaberg, 207
5. Rodrig Thain, France, TM, 180

E1 Results Race One, Round Eleven
1. Antoine Meo, France, Husqvarna
2. Mika Ahola, Finland, Honda
3. Julien Gauthier, France, Honda
4. Thomas Oldrati, Italy, KTM
5. Simone Albergoni, Italy, KTM
6. Eero Remes, Finland, KTM

E1 Results Round Twelve
1. Antoine Meo, France, Husqvarna
2. Mika Ahola, Finland, Honda
3. Simone Albergoni, Italy, KTM
4. Julien Gauthier, France, Honda
5. Thomas Oldrati, Italy, KTM
6. Eero Remes, Finland, KTM

Standings
1. Mika Ahola, Finland, Honda 291
2. Antoine Meo, France, Husqvarna, 258
3. Simone Albergoni, Italy, KTM, 239
4. Thomas Oldrati, Italy, KTM, 207
5. Eero Remes, Finland, KTM, 183
6. Julien Gauthier, France, Honda, 197

(Ciblekom 09)

wecbannerdown09

A voir aussi :

Le commentaires sont fermés.