oct
16

MX DES NATIONS LOMMEL – TEAM BELGE : LE RAPPORT DU TEAM MANAGER JOËL SMETS

« Comme l’an dernier, nous nous sommes réunis début juillet avec une sélection étendue des coureurs afin de relancer le feu sacré du MXoN pour la première fois. Les coureurs ne sont pas encore conscients à ce moment là de ce qui va se passer fin septembre à Lommel. Cela change rapidement car mi-août j’annonce comme d’habitude ma sélection définitive. A partir de ce moment le MXoN reste tout le temps dans l’actualité. Quelques jours plus tard j’ai eu vraiment peur lorsque Clément s’est blessé à la main. Heureusement il s’en sort mieux que Joel Roelants qui, à Matterley Basin, est victime d’une luxation de la hanche et doit donc abandonner pour le reste de la saison. Pendant un moment je crains une répétition du scénario de 2011 lorsque plus de la moitié de nos vedettes du mondial étaient blessées… Heureusement on n’arrivera pas à ce point là ! Bien que cela fut très difficile car non seulement la blessure de Clément guérit (trop) lentement mais Jéremy, lui-aussi, se fait mal au genou lors du GP d’Italie.

Dans tous ces incidents, Ken voulu apparemment également y mettre son grain de sel vu que deux semaines avant le‘D-Day’ il est victime d’une sérieuse grippe d’hiver (en été ?!) et dut abandonner pour la dernière manche du Championnat de Belgique. Mais heureusement, tout tombe juste à temps dans le bon sens. L’enthousiasme et la motivation pour prester au maximum pour leur pays, dissipe les derniers pépins physiques. Pendant les 14 derniers jours, nos gars ne parlent que du MXoN… Lors des deux derniers entraînements collectifs, le sentiment de groupe monte au top ! Jéremy décide en accord avec son chef d’équipe, Stefan Everts, de laisser reposer son genou et ainsi la dernière épreuve du mondial en Allemagne était complètement subordonnée à l’objectif MXoN ! La confiance en leurs propres capacités était grande, ils sont super motivés et veulent réaliser leur ambition !

Le jeudi avant l’épreuve nous garons nos mobil homes, le camion pour l’hospitality est mis en place et nous mettons pour la première fois nos vêtements du team Belgium… désormais nous nous ne sentons pas seulement une équipe, mais nous ressemblons également à une équipe! Le soir, nous essayons encore de se reposer lors d’un diner ‘inteam’ car de l’extérieur nos coureurs semblent peut-être relax mais je remarque par leur comportement qu’ils ne peuvent plus cacher le stress (positif). Le vendredi nous faisons la reconnaissance du circuit adapté. Un lay-out bien modifié mais qui plait à nos trois coureurs ! Ensuite nous assistons à la présentation de presse traditionnelle des coureurs. C’est là que pour la première fois nous sommes confrontés directement avec l’ennemi principal, les Etas Unis. Des gars très sympathiques ces américains mais je constate comparé avec les autres années, un peu plus de incertitude dans leurs rangs… Que l’épreuve commence !

Lors des essais libres le samedi matin les nôtres roulent encore plutôt tendus ?! Mais avec les courses de qualification adéquates, ils se mettent à l’aise ainsi que leur entourage et ils confirment que tous les amateurs de MX en Belgique espèrent : Yes we can !!!

D-day ! Les coureurs ont tous bien dormi et croient de plus en plus en leurs chances. Pour ne pas devenir trop confiant, je leur rappelle la stratégie convenue. Nous ne comptons pas sur la victoire des courses contre des vedettes comme Roczen, Herlings ou Cairoli mais plutôt sur la régularité ! Faire des erreurs est à éviter ! La première manche nous apprend deux choses, premièrement que les USA ne joueront pas pour la victoire et deuxièmement que cela sera bien le cas pour les Allemands ! Ce n’est pas étonnant avec des stars comme Roczen et Nagl à bord. Nous réalisons une bonne course et pouvons limiter les dégâts par rapport à la « Manschafft »!

Lors de la deuxième manche nous lançons une contre attaque avec un départ de Ken et Jeremy dans le top 5 ; donc suivant le plan. Trop bien suivant le plan car un ancien politicien nous a appris « trop is te veel » et « te veel is trop » … Juste avant la mi-course Jéremy est garé avec une KTM éclaté et si cela n’est pas encore suffisant, l’Américain Barcia touche Big Ken ! Keeno ne bouge pas, son sélecteur de vitesses par contre a plié lors de l’accrochage et par conséquent il rate plus d’une fois la bonne vitesse. Les anciens belges étaient forts mais nos jeunes gars vendent leur peau très cher ! Ken se bat au maximum et avec sa troisième place la victoire dans le plus grand motocross du monde reste possible … Jéremy est inconsolable après la course et doit, comme les autres, récupérer de cet ‘uppercut’ (mais rapidement Ken et Clément sont focalisés sur la dernière manche car ils se rendent compte d’avoir perdu une bataille mais non pas encore la guerre … on les a battu précédemment, donc pourquoi pas maintenant ?

Jeremy n’a pas trouvé le courage pour se changer donc il se met avec tous les autres du team en « combat-uniform » dans le pitlane dans le box du team Belgium pour le départ de la troisième manche décisive : un pour tous, tous pour un !! Les 35 minutes suivantes seront parmi les plus passionnantes dans l’histoire du motocross. Les supporters belges et allemands crient énormément mais les hollandais et les italiens, eux-aussi font tout pour aider leur compatriote Herlings et Cairoli à obtenir la victoire individuelle. L’amateur de motocross neutre profite entre-temps de ce spectacle de haut niveau dans le sable de Lommel… A trois tours de la fin nous arrivons à 1 point des leaders… nous ne pourrons pas arriver plus près de la victoire et la première victoire de l’Allemagne réunie au MXoN est un fait ! Sans vouloir ôter à la victoire des nos voisins, nous pouvons conclure que la KTM cassée nous a fait perdre.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?? Nous avons choisi un jour de faire un sport mécanique et nous savons donc que cela en fait partie mais quand-même nous sommes confrontés avec la question pourquoi. Dans la tente de KTM il y avait de nombreuses machines d’usine mais seulement une a cassé… Pourquoi la nôtre et non pas celle de Dungey, Herlings, Roczen, Musquin, Nagl ou Cairoli ??? Nous ne connaîtrons jamais la réponse. Nous ne ferons pas de recherches à ce sujet car il ne sert à rien de pleurer. Nous ne le souhaitons à personne. Nous pourrons un jour pardonner nos amis de Mattighofen (le domicile de KTM). Mais non pas encore maintenant… nous avons besoin du temps pour donner une place à notre chance ratée. Nous nous rappelons toujours que nous n’avons pas gagné la médaille d’argent mais perdu l’or !

Je m’excuse si j’ai l’air déprimé, mais c’est juste le sentiment qui prévaut chez les pilotes et moi-même…..
Mais déçu ou pas, nous restons bien sûr assez sportifs pour féliciter le Team Allemagne pour leur première victoire historique!

Jeremy, Clément, Ken: Merci pour votre motivation et votre esprit exemplaire! Nous étions une vraie équipe dans tous les sens du terme! Et étant optimiste, je voudrais terminer sur une note positive: next year is another year ;-)

A tous nos collaborateurs, sponsors et supporters, … un très grand merci et see you in Teutschental Germany 2013!!

Joël Smets, manager Team Belgium »

(Source FMB)

A voir aussi :

2 commentaires sur “MX DES NATIONS LOMMEL – TEAM BELGE : LE RAPPORT DU TEAM MANAGER JOËL SMETS”

  1. RENO dit :

    …le grand joel et les belges ont tellement maudit ktm au mxdn en 2001 …qu’il doit y avoir des mauvaises ondes qui subsistent …

  2. Devotee dit :

    Hum hum sans vouloir en rajouter on peut aussi se souvenir d’une KTM « privée » qui « crève à l’avant » lors d’un MX des Nations et laisse le Team français perplexe ou encore d’une autre KTM « pas au top » mise entre les mains d’un certain Yves Demaria toujours pendant les Nations.. Alors la question peut en effet se poser : « 2 poids, 2 mesures » du côté des « Oranges » ou « simples MalchanceS »..? La question reste posée..