juil
27

INTERVIEW : MÉLANIE PEREZ – PILOTE

Le Motocross féminin on l’oublie souvent est « aussi » du Motocross.. Trop peu médiatisé, on ne peut qu’être admiratif de toutes ces jeunes filles qui pratiquent assidûment ce si beau Sport.. PRE111IERMOTOCROSS en a profité pour poser quelques questions à Mélanie Perez 11 Ème au classement général du Championnat de France féminin ‘2012..

PRE111IERMOTOCROSS : Mélanie, première question qu’on a déjà du te poser des dizaines de fois, pourquoi es-tu venue au Motocross qui est un sport potentiellement « plutôt masculin ».. ?

MÉLANIE PEREZ : Je suis venue au Motocross parce que mon beau-père faisait de l’Enduro, j’ai donc baigné dans cette ambiance de sport moto depuis toute petite et à une époque souhaitant me « rapprocher » un peu plus de lui car il y avait quelques tensions entre nous et aussi par goût de l’interdit puisqu’il ne voulait absolument pas que je fasse de la moto, j’ai décidé de tout faire afin de lui prouver qu’une femme , dans le Motocross, pouvait s’en sortir toute seule..

PRE111IERMOTOCROSS : Mais encore une fois pourquoi du Motocross et pas plutôt une autre discipline moto comme du Trial par exemple, moins « dangereuse ».. ??

MÉLANIE PEREZ : Hé bien justement le goût du risque.. Ce que j’ai toujours aimé dans le Motocross ce sont les sauts, d’entrée lorsque j’ai débuté avec un 80 je sautais déjà des tables (rires..) et j’ai toujours voulu sauter plus loin et passer des sauts toujours plus importants.. Tu ne me retrouveras pas à faire des franchissements en Enduro par contre car ce n’est pas mon truc..

PRE111IERMOTOCROSS : Donc du coup tu as quoi une culture plus FMX que « pure Motocross ».. ?

MÉLANIE PEREZ : C’est certain qu’un jour j’aimerais beaucoup me mettre au Freestyle.. Il est clair que cela me fait un peu flipper aussi car je fais des études à côté et j’ai peur de me faire mal.. Pour revenir au Motocross, je ne sais pas pourquoi mais j’en suis tombée « amoureuse », j’adore l’ambiance ..

PRE111IERMOTOCROSS : Parlons « ambiance » justement, est-ce qu’aujourd’hui tu as le sentiment que vous, les filles, êtes bien intégrées au sein de ce Sport majoritairement masculin.. ?

MÉLANIE PEREZ : Non pas du tout.. Déjà d’une part je trouve que le Motocross féminin n’est pas assez médiatisé, on subit toujours les blagues vaseuses des hommes et je crois qu’on les aura toujours.. Il y a deux types d’hommes, ceux qui sont complètement admiratifs de voir des filles arriver à se placer devant les mecs et les autres qui doivent être « jaloux » ou machos je ne sais pas exactement comment les définir.. Cela m’est déjà arrivé de me faire sortir par un type qui n’était pas du tout content de me voir devant.. Avec le temps je suis arrivé à accéder à un certain niveau, j’arrive à être devant en ligue et certains prennent cela vraiment mal, il m’est déjà arrivé de me faire « sortir » violemment.. En fin de manche je me suis vu ma bagarrer physiquement avec un mec qui m’avait jetée dans un ravin parce que je n’avais pas du tout apprécié son attitude..

PRE111IERMOTOCROSS : Est-ce que ce n’est pas une attitude « latine » car aux Etats-Unis quelqu’un comme Ashley Fiolek à l’air d’être très respectée.. ?

MÉLANIE PEREZ : Ashley Fiolek c’est encore un autre niveau, quand je vois Livia (Lancelot..), elle est admirée par tout le monde, hommes et femmes.. Elle a atteint un tel niveau qui fait qu’elle est vraiment au dessus du lot, elle peut mettre un tour aux mecs mais quand on est au même niveau qu’eux ou un peu au dessus ce n’est pas facile..

PRE111IERMOTOCROSS : De son côté elle a participé aux X-Games dernièrement, elle pratique le Supercross afin de s’entraîner pour cette compétition très « spéciale » ce qui peut paraître peut-être un peu étrange parce que les X-Games sont très typés « FMX » non.. ? Est-ce que toi tu pratiquerais de la même manière pour t’entraîner si un jour tu étais amenée à y aller.. ?

MÉLANIE PEREZ : J’aimerais aussi faire du Supercross afin de progresser en Motocross.. Et « oui » si un jour on m’invitait aux X-Games, je dirais oui sans hésitation..

PRE111IERMOTOCROSS : Je parlais aussi de l’aspect FMX à savoir des catégories comme le step-up c’est quelque chose qui ne te fait pas peur.. ?

MÉLANIE PEREZ : « Débrancher le cerveau » ça je sais faire (rires), c’est peut-être même ce qu’on peut me reprocher de le débrancher un peu trop souvent.. Je trouve que ce qu’on a en commun nous les femmes qui pratiquons le Motocross c’est qu’on met de côté l’aspect « risques » de ce sport..

PRE111IERMOTOCROSS : As-tu le sentiment qu’on ne parle pas assez du championnat de France féminin.. ?

MÉLANIE PEREZ : Oui.. On en parlait en ‘2008 lorsque le trophée est sorti puis en ‘2009 et aujourd’hui la cote de popularité descend petit à petit et je trouve ça dommage..

PRE111IERMOTOCROSS : Tu penses que le problème vient d’où d’un manque de promotion de la FFM ou c’est autre chose.. ?

MÉLANIE PEREZ : Un petit peu de la FFM et d’un manque d’investissement des filles qui pratiquent comme moi le Motocross parce que si on faisait toutes notre maximum afin qu’on parle de nous dans les journaux locaux et autres, peut-être arriverions-nous à atteindre une cote de popularité plus importante parce que des gens qui s’investissent pour faire parler du Motocross féminin au final il n’y en a pas beaucoup..

PRE111IERMOTOCROSS : À ce sujet le Championnat du Monde féminin au même titre que le Championnat du Monde MX3 est en totale perte de vitesse, j’imagine que tu trouves ça bête.. ?

MÉLANIE PEREZ : Oui c’est déplorable d’en arriver là car on avait atteint une bonne cote de popularité avec le Mondial lorsq’une française est devenue Championne pour commencer, au final il y a eu 2 grosses années pour le Motocross Mondial Féminin.. Pourquoi.. ? Parce qu’on était avec le MX1.. Nous je pense que nous ne sommes pas très intéressantes pour la FIM et la FFM parce qu’on ne leur rapporte pas assez d’argent, je pense aussi que cela vient d’un peu de tous les côtés aussi, en France les sponsors potentiels n’investissent pas dans les sports mécaniques .. Je trouve ça bête encore une fois car au niveau d’un point de vue marketing pur, je pense qu’il y a un coup à jouer pour les sponsors par le biais du paradoxe « filles/femmes féminines pratiquant un sport mécaniques plutôt « masculin » ».. C’est un peu exploiter le fantasme masculin, la nana qui roule en Cross mais qui quand elle enlève son casque a des cheveux supers longs et un décolleté de malade, super féminine.. Le problème c’est que comme beaucoup de pays on ne jure que par le football donc d’entrée, c’est difficile..

PRE111IERMOTOCROSS : Idem en Championnat de France de Supercross, aucune catégorie féminine n’existe à ce jour.. Parlons budget, j’imagine qu’à ce jour cela t’as plus coûté que rapporté de rouler le Championnat de France..

MÉLANIE PEREZ : Oui tous les mois je suis à découvert bien que je travaille à côté en faisant parfois des extras comme d’animer des soirées comme DJ car j’ai en plus des études qui coûtent chères, je souhaite devenir Ostéopathe et c’est un investissement lourd également puisque cela me revient à 9 000 €/an, j’aimerais d’ailleurs pratiquer dans le Motocross plus tard.. Je suis également DJ car j’aime beaucoup la musique et c’est un des moyens les plus sûrs de ramener de l’argent par « plaisir » , en faisant 4 soirées par mois j’arrive à m’en sortir.. En plus comme chaque été je travaille dans un restaurant dans un camping et le soir je suis DJ, j’effectue donc des journées de 15 à 17 heures de travail..

PRE111IERMOTOCROSS : Est-ce que toutes ces galères d’argent pourraient avoir raison de ta passion pour le Motocross un jour.. ?

MÉLANIE PEREZ : Non je ne lâcherai jamais ça c’est clair.. Le problème c’est que lorsqu’on est mordue comme ça pour un Sport cela ne laisse pas de place pour grand chose derrière question « vie de couple ».. C’est peut-être bête mais j’estime que d’aller voir mon mec cela va m’enlever 2 heures par semaine pour faire du sport, du coup je préfère rester seule parce que combien de fois j’ai eu quelqu’un qui me disait « holala qu’est-ce que tu me gonfles avec ta moto.. ».. Cette année j’ai fait mon maximum afin de mettre de l’argent de côté pour me payer des stages durant l’hiver et progresser dans le but de prouver à tous que je suis là et que je compte viser au moins un Top 5.. Si à l’issue de la saison ‘2013 je me rends compte que je n’arrive pas à faire mieux que ce que j’ai fait cette année, je me rendrais à l’évidence et je me dirais alors que je ferais de la moto uniquement pour le plaisir, sans la recherche d’un objectif en particulier..

Mélanie tient à remercier ses Partenaires et Sponsors : Discount Cross, Kali, Dafy Moto Avignon, Waxx, Joker Decals, Xplicit..

Retrouvez Mélanie sur le web en cliquant ICI..

(Texte : PRE111IERMOTOCROSS, Photos : Mélanie PEREZ)

A voir aussi :

Le commentaires sont fermés.