mai
18

MOTOCROSS DES NATIONS ’2011 : PREVIEW



Edito
A titre de comparaison, le Motocross des Nations est aux crossmen ce que les Jeux Olympiques sont aux athlètes.

Remporter cette épreuve sous les couleurs de son pays est une consécration. Bien que faisant partie des grandes nations du Motocross, la France n’a été victorieuse qu’une fois en 2001.

10 ans après, nous avons la fabuleuse opportunité de gagner à nouveau ce trophée tant convoité. On pourrait penser que rouler à domicile apporterait plus de pression, mais la Fédération Française de Motocyclisme fait le nécessaire pour que cela soit source de motivation pour nos pilotes. Depuis plusieurs mois déjà, un gros travail est fait en amont par la Direction Technique Nationale afin que tout soit prêt pour le jour J et porter le plus haut possible les couleurs de la France devant son public.

Jacques Bolle- Président de la Fédération Française de Motocyclisme

Interview Philippe THIEBAUT, Directeur Technique National

Que représente le Motocross des Nations pour la FFM ?

C’est la plus grande compétition tout terrain au monde et celle-ci est notre objectif prioritaire en 2011. Depuis 1947, année de création de l’épreuve, les USA l’ont gagné 23 fois. La France a remporté cette épreuve qu’une seule fois, en 2001, alors que l’équipe des USA était absente. Le motocross français est considéré comme un des meilleurs du monde avec des champions régulièrement titrés, mais nous butons chaque année sur cette marche. Il est donc temps de remédier à cela en se donnant des moyens exceptionnels de gagner cette épreuve. C’est ce qui a été décidé par le Président de la FFM et que je dois mettre en place avec l’Entraineur national. Les pilotes français ont tous conscience que gagner « les Nations » c’est véritablement rentrer dans la légende du motocross.

Le fait que l’épreuve se déroule en France change-t-il l’approche sportive de l’épreuve ?

Cela change beaucoup de choses. Le succès populaire de cette épreuve est fantastique et doit porter notre équipe vers la victoire. Pour autant, il va falloir gérer la pression et les nombreuses sollicitations inévitables. Les pilotes de l’équipe de France savent tout cela et le staff d’encadrement devra tout mettre en oeuvre pour assurer les meilleures conditions possibles. A l’heure actuelle, l’hôtel est réservé, une structure « France » réservée aux pilotes dans le paddock est prévue et le programme de préparation est établi. Par ailleurs en collaboration avec le Moto Club Angérien, la FFM lance un programme de communication spécifique qui nous amènera progressivement vers ce rendez-vous du mois de septembre.

Point de vue
Le Moto Club Angérien

Pour la troisième fois en l’espace de douze ans, la France accueille donc cette année le Motocross des Nations. Depuis son passage à Saint Jean d’Angély en 2000 puis à Ernée en 2005, l’épreuve a pris une autre dimension pour devenir aujourd’hui l’événement tout-terrain phare de la saison. Pour le Moto Club Angérien (MCA), dont plusieurs membres ont vécu les dernières éditions en spectateurs avisés, l’heure est à la mobilisation générale ! Pour la seconde fois de sa carrière le MCA se prépare donc à accueillir les Nations, une épreuve que le club avait organisé avec brio en 2000.

Le président Jean-Marie Boissonnot confie : « Aujourd’hui l’épreuve a pris une nouvelle dimension que ce soit au niveau de l’organisation requise, du nombre d’équipes engagées, de spectateurs, de journalistes présents. Cette épreuve est unique au monde, tout se joue sur un week-end alors qu’il y a quinze Grands Prix sur une saison. De ce fait, le promoteur du championnat est très exigeant vis-à-vis de l’organisateur. Tout cela nous met une certaine pression, mais nous ne sommes pas seuls ; la Fédération Française de Motocyclisme nous soutient, les collectivités régionales ont pris conscience des enjeux, les entreprises régionales ont été impactées. On s’est rendu compte que nous n’avions jamais vraiment communiqué auprès d’eux, ce qui nous a poussé à les inviter à une réunion de présentation de l’événement, organisée avec l’appui de la Fédération Française et du promoteur.

Ce fut une réussite, et les dirigeants de nombreuses entreprises et collectivités ont découvert qu’il y avait un événement majeur organisé près de chez eux. »

A la tête d’une équipe motivée, il se prépare à un double challenge avec l’organisation du GP de France début juin, puis le Motocross des Nations mi- septembre.

« Au sein du club, il y a eu un renouvellement des membres, avec l’arrivée de nombreux jeunes et c’est très motivant. L’équipe a été remaniée ces dernières années, et nous considérons que c’est une chance pour nous d’organiser le GP de France trois mois avant les Nations, ce sera une répétition grandeur nature. En France, les clubs ont toujours cherché à être, au cours des vingt dernières années, à la hauteur des événements mondiaux que nous organisons. C’est beaucoup de travail, c’est un budget énorme, mais pour avoir vécu les deux dernières éditions, en Italie et aux Etats-Unis, je sais que cette épreuve est unique » conclut-il.

Chiffres clé
Le Moto-Club Angérien

Pour accueillir dans les meilleures conditions possibles 300 journalistes et 50 000 spectateurs, le Moto Club Angérien et son président Jean-Marie Boissonnot se préparent depuis plus d’un an. Médias. Pour permettre aux journalistes de relayer au plus vite l’information, le club a investi dans les liaisons internet. « Lors du dernier GP de France le réseau a rapidement saturé, et nous avons dû improviser pour qu’ils puissent transmettre leurs reportages. Il était hors de question de repartir dans de telles conditions, et nous allons avec le concours des collectivités investir 100 000 euros pour amener une liaison haut débit fiable sur le circuit. Un investissement qui sera également profitable aux riverains. »

Paddock.

Pour accueillir la trentaine d’équipes engagées au Motocross des Nations, le club a créé un nouveau paddock dans la partie haute du circuit. Une surface de30 000 m2 complémentaire a été nivelée et préparée, pour recevoir les équipes mais aussi la nouvelle salle de presse modulaire.

Parkings.

Pas moins de 40 hectares seront utilisés lors des Nations pour le camping et les parkings.
« Nous avons passé des accords avec les agriculteurs propriétaires d’une partie de ces terrains, et ils gèrent leurs cultures de telle façon que ces espaces soient disponibles en septembre. Sans leur coopération les choses seraient très compliquées ! »

Bénévoles.

Habitué à travailler avec 500 bénévoles, le club va passer la vitesse supérieure pour les Nations. « Même en faisant appel à des professionnels pour certaines tâches comme la sécurité, il nous faudra 650 bénévoles à nos côtés. De nombreuses associations de Saint Jean d’Angély sont toutes très motivées à l’idée de participer à cette épreuve. Un message fort est passé. » Circuit. Comme chaque année, le circuit a subi quelques modifications. « Le cahier des charges demande à ce que la voie des stands soit allongée de 15 mètres, ce qui nous a conduit à modifi er notamment le virage du départ. Greg Atkins qui s’occupe du tracé des circuits pour le compte de Youthstream, le promoteur du championnat, est venu superviser nos travaux .»

Le Motocross des Nations

La plus ancienne épreuve officielle de Motocross de toutes les épreuves officielles organisées sous l’égide de la Fédération Internationale de Motocyclisme, le Motocross des Nations en est la doyenne. Née un beau jour de 1946 sous une forme « officieuse », cette épreuve se déroulera pour la première fois aux Pays Bas en 1947, soit dix ans avant que les championnats du Monde ne voient le jour.

Vainqueurs de cette première édition, les Britanniques vont marquer cette épreuve de leur empreinte, la dominant régulièrement à une époque où l’industrie Britannique est à son apogée avec des constructeurs comme Norton, BSA ou Greeves. Dominés de temps à autre par les Belges ou les Suédois qui furent avec eux les premiers à s’investir dans cette compétition, les Anglais rafleront pas moins de 15 succès entre 1947 et 1967, ne laissant que deux succès aux Belges et quatre aux Suédois. Dans les années 70, le cross Belge se distingue dans les divers championnats du Monde, avec des pilotes comme Joël Robert, Roger De Coster, Sylvain Geboers, Harry Everts ou encore Gaston Rahier. Dominant les championnats solo, les Belges engrangent également de nombreux succès au Motocross des Nations, seuls les Suédois et les pays du bloc de l’Est (URSS, République Tchèque) parvenant entre 1968 et 1980 à inscrire leur nom sur le socle du fameux trophée Chamberlain confié chaque année au team vainqueur. Venus jusqu’à la fi n des années 70 sur la pointe des pieds disputer quelques éditions de l’épreuve, les Américains vont faire une entrée quasi-offi cielle en 1981, sous la coupe de Roger De Coster. Retiré de la compétition et émigré aux Etats Unis, ce farouche défenseur des Nations entraîne avec l’aide de quelques partenaires quatre pilotes Honda dans l’aventure. Le succès est immédiat et dès lors débute une incroyable razzia, puisque les Américains vont remporter treize succès consécutifs ! Venant à chaque fois avec des pilotes fiers de défendre la bannière étoilée, les Américains « tomberont » en 1994 en Suisse, face aux Britanniques qui réalisent un sacré exploit et décrochent là leur seul et unique succès depuis 1967. Ces dernières années, les Italiens (deux fois), les Français (en 2001) et les Belges (cinq fois) auront partagé la vedette avec les Américains qui restent sur six succès consécutifs !

Infos sportives
Le règlement du Motocross des Nations

Chaque équipe Nationale comprend trois pilotes, chacun d’eux étant engagé dans une cylindrée distincte : MX2 (250 quatre temps), MX1 (450 quatre temps) et Open. Le pilote Open peut rouler sur la moto de son choix, généralement une 450cc. Un mois avant l’épreuve, chaque fédération doit communiquer officiellement le nom des trois pilotes qui seront engagés dans l’épreuve. Il est ensuite possible de changer un ou plusieurs noms, jusqu’à la veille de l’épreuve. Tous les pilotes engagés dans l’épreuve participent le samedi aux qualifi cations, qui se déroulent sous la forme de courses. Au terme des trois manches – MX1, MX2 et Open – les deux meilleurs résultats de chaque équipe sont comptabilisés, et les dix neuf meilleures Nations sont qualifiées pour l’épreuve de dimanche. La vingtième équipe sera celle s’imposant dimanche matin, dans la course «de consolation» réservée aux teams non qualifi és la veille. L’ épreuve reine se dispute dimanche, et comprend trois courses mettant aux prises deux catégories : MX1 et MX2, Open et MX2, et enfi n MX1 et Open. Sur les six résultats que chaque équipe obtient – trois pilotes disputant deux courses – seuls les cinq meilleurs sont retenus pour le classement final de l’épreuve.

L’Equipe de France au Motocross des Nations 2010

Le baromètre des tricolores

La surprise Frossard

Steven FROSSARD est le tricolore en forme du moment ! Dès son arrivée dans la catégorie reine du Motocross, le Lyonnais s’est fait remarquer en faisant jeu égal avec Clément Desalle en Bulgarie, puis en terminant au pied du podium aux Pays-Bas et en prenant la tête du Mondial MX1. Une contre performance aux Etats-Unis n’empêche pas le nouvel officiel Yamaha Rinaldi de faire figure d’outsider n°1 de la catégorie.

Gautier PAULIN occupe de son côté la septième place du Mondial MX2, après avoir terminé les cinq premières manches dans le top six. Auteur d’un joli podium dès la première manche Bulgare, l’officiel Yamaha Rinaldi a limité les dégâts aux Pays-Bas où il roulait blessé. Une casse moteur aux Etats-Unis lui a fait perdre deux places au championnat, Gautier a joué son joker !

Nicolas AUBIN a repris des couleurs depuis qu’il travaille avec Mickaël Pichon, et sans un abandon en seconde manche aux Pays-Bas il serait dans le top huit du Mondial MX2. Neuvième des trois premières manches et huitième du GP des Etats-Unis, le pilote KTM HDI occupe une encourageante onzième place au championnat.

Xavier BOOG n’a pas confirmé en ce début de saison les espoirs placés en lui par le team Kawasaki KRT, mais son potentiel reste intact et il ne fait aucun doute qu’il va rapidement réagir. Auteur d’une honnête prestation en Bulgarie, il n’a jamais trouvé le bon rythme dans les sables Néerlandais et a roulé diminué aux USA après avoir chuté aux essais.

Anthony BOISSIERE a fait preuve d’une belle régularité lors des deux premiers GP. Dans le top quinze des quatre manches, l’officiel Yamaha Gariboldi a livré une course concluante aux Etats-Unis. Neuvième du GP, il occupe la treizième place du Mondial MX1 avant de s’envoler pour le Brésil.

Christophe CHARLIER a souffert d’une blessure au poignet en Bulgarie, où il a limité les dégâts avant de bien tirer son épingle du jeu aux Pays-Bas et de signer son meilleur résultat de l’année aux USA. Dixième du Mondial MX2, le pilote Yamaha Gariboldi semble reparti sur la bonne voie après une diffi cile saison 2010.

Jordi TIXIER occupe une encourageante douzième place au Mondial après trois épreuves, et ce en ayant perdu de précieux points en Bulgarie. Le champion d’Europe 125 fait preuve d’une bonne vélocité au guidon de sa KTM Martens, faisant souvent jeu égal avec son leader Joël Roelants.

Actu flash
L’actu des autres bleus

Marvin MUSQUIN a repris l’entrainement après sa blessure au genou, et s’est aligné en course pour la première fois à l’occasion du GP des Etats-Unis. Le double champion du Monde MX2 va maintenant participer au championnat US Outdoor, où il va continuer à reprendre ses marques et à monter en puissance.

Christophe POURCEL va reprendre la compétition dans le championnat des Etats- Unis de Motocross, après un long break qui lui a permis de se refaire une condition optimum. Longtemps fidèle aux verts de Kawasaki, c’est sur une Yamaha 450 du team
Moto Concepts que le champion du Monde 2006 défendra ses chances.

Valentin TEILLET s’est blessé à l’épaule lors de la seconde manche du GP de Bulgarie, et reprendra la compétition à l’occasion du GP de France début juin. Le Vendéen jouera à domicile, sur un circuit qu’il connait bien et où sa 250 Suzuki officielle devrait lui permettre de jouer un rôle intéressant.

Grégory ARANDA a raté les deux premiers GP de la saison, après une violente sortie de piste lors des essais en Bulgarie. Auteur d’une brillante rentrée en championnat de France, le pilote Kawasaki Bud Racing a marqué des points dans les deux manches de
Glen Helen, son premier GP de l’année.

Sébastien POURCEL est le premier pilote présélectionné à décliner l’invitation de la Fédération Française, pour cette édition 2011 des Nations.

Blessé aux vertèbres lors d’une manche du championnat Britannique, le héros des Nations 2008 en gagnant en individuel est contraint à porter un corset pendant de long mois.

(Communiqué : Fédération Française de Motocyclisme/Réalisation : FFM – Service Communication/Pascal Haudiquert / Mediacross)

A voir aussi :

Un commentaire sur “MOTOCROSS DES NATIONS ’2011 : PREVIEW”

  1. guiz' dit :

    Je serais sélectionneur, mon avis:

    Ceux qui n’ont pas leur place dans le team français :
    - Seb Pourcel: carrière finie
    - Boog: on ne le reconnais plus après une année 2010 extraordinaire.
    - Aubin: vitesse non retrouvée et pas assez combatif.
    - Charlier: en attente de confirmation de sa spectaculaire saison EMX2. S’attendaient à mieux. Seul coup d’éclat ce dernier GP des USA.
    - Tixier: pas assez d’expérience en mondial et niveau trop juste.

    Ceux qui sont limite :
    - Paulin: pas réussi à retrouver son gros niveau de 2009.
    - Boissière: des coups d’éclat, mais pas encore au niveau d’un Frossard.
    - Aranda et Teillet (mon « poulain », lol): la vitesse est là, la Suz usine est une arme, reste à régler leurs soucis de chutes et blessures.

    Ceux dont la question se pose pas:
    - Frossard: révélation du MX1.
    - Musquin: devrait retrouver sous peu son meilleur niveau avec un peu de roulage.
    - Chris Pourcel: mettant de côté son caractère et tempérament, il faut reconnaitre son niveau très intéressant et sa combativité.

    Mon team est tout fait, après, la saison est longue, certains risquent malheureusement de se blesser, d’autres un regain de forme alors que certains vont baisser. Wait and see…

    Quels sont les sentiments personnels des autres fidèles PMX ainsi que de Devotee?