jan
27

VIDEO RED BULL : PORTRAIT DE CYRIL DESPRÉS

Rallye Dakar 2010

Cyril Després : « Mon troisième Dakar, une saveur particulière… »

Le Français Cyril Després a remporté son 3e rallye Dakar moto samedi 16 janvier 2010. Il revient sur cette victoire, acquise au terme d’un scénario tout simplement idéal.

Vous venez de remporter votre 3e rallye Dakar. Que représente ce titre par rapport aux autres ?

Cyril Després : Il a une saveur particulière. Mes deux autres victoires, je les ai remportées, en partie, grâce à des circonstances de course favorable. Des aspects que je ne pouvais pas maîtriser et qui m’ont profité. Cette année, c’est différent. J’ai construit ce titre durant plusieurs mois. Il est celui dont je suis le plus fier. On ne gagne jamais une telle épreuve grâce à la chance mais il faut avouer que cette fois, notre performance a été plus calculée. J’ai aussi bénéficié de plus d’expérience. Je savais ce dont j’avais besoin en terme d’équipement, d’entraînement et de stratégie.

Cette course 2010 était le scénario idéal…

C.D. : Il y a quelques mois, c’était loin d’être une course rêvée. Quand les organisateurs ont déclaré que seules des machines de 450cm3 pouvaient participer, cela signifiait que nous n’avions plus de moto. Ils nous ont alors permis d’utiliser une KTM 690, avec un moteur bridé. Sauf qu’au même moment, KTM, justement, a décidé de retirer toute son équipe de la compétition. Il a fallu créer notre propre team. On a réussi. Avec beaucoup de boulot. Et il est vrai qu’une fois passée la ligne de départ, le scénario a été idéal. Mais si Red Bull ne nous avait pas fait confiance pour créer cette fameuse équipe, on n’aurait même pas pu commencer.

Plus d’une heure d’écart entre vous avec le deuxième… Pourquoi y a-t-il eu une telle différence ?

Je savais ce qu’il fallait réaliser et ce dont j’avais besoin pour gagner. Tous les éléments ont été réunis. Je suis resté concentré. J’ai attaqué dur durant la première semaine. Cela m’a permis de contrôler la course ensuite.

Cette victoire a aussi été facilitée par la pénalité de sept heures infligée à Marc Coma, votre principal adversaire…

C’est vrai, Marc Coma était mon plus dangereux rival. Mais il ne faut pas oublier qu’au moment où il a reçu sa pénalité, je disposais déjà d’une avance de 1 heure 20 minutes. La polémique concernant sa sanction a été une distraction. Moi, je suis resté concentré sur ma course autant que j’ai pu.

Quelle a été votre tactique pour gérer cette heure d’avance ?

A partir du moment où j’avais creusé l’écart au classement général, je pouvais me payer le luxe de choisir les endroits où rouler vite, ou pas. Certains jours, comme dans les dunes de Copiapo, je mettais la gomme. Et puis à d’autres moments, potentiellement plus dangereux, je ralentissais. Mais ce n’est pas facile de réduire son rythme. Beaucoup de gens ont du mal à le réaliser. Rester concentré pendant si longtemps sans attaquer a constitué un challenge. Parfois, cela devenait même plus compliqué que d’aller toujours à fond.

Considérez-vous cette victoire comme une revanche de 2009 ? L’an passé, vous aviez perdu toute chance de titre dès la première étape…

Revanche, ce n’est pas le mot. Certes, je me suis senti frustré par ma deuxième place l’an passé. J’étais déterminé à ne pas recommencer. Mais ma performance est une satisfaction plutôt qu’une revanche.

Quel a été votre meilleur souvenir sur cette édition ?

Le passage de la ligne d’arrivée. Cette course s’est tellement bien passée que de la finir après un scénario aussi parfait a été incroyable. La solidarité de notre team a représenté le point clé. C’est la force qui m’a permis de rester concentré jusqu’au bout.

Comment envisagez-vous la suite de votre saison aujourd’hui ?

Il est trop tôt pour le dire. Plusieurs facteurs entrent en jeu et spécialement la limite réglementaire des motos à 450cm3. Cela va avoir un impact sur le reste de mon année 2010. Mais dans un monde parfait, je voudrais continuer à rouler avec une KTM aux couleurs de Red Bull.

(Interview, Vidéo & Photos : Red Bull)

A voir aussi :

Le commentaires sont fermés.